Dickies, vêtements de travail US
5 février 2013
Custom Legend fait son show – 16 mars 2013
21 février 2013

Bettie Page fashion : ces vêtements rétro qui plaisent aux stars !

Célèbre dans les années 1950 pour ses photos pin-up, l’emblématique « Queen of Pinups », une des premières Playmates du Mois du magazine Playboy, Bettie Page, continue à captiver des millions d’hommes et de femmes à travers le monde avec son image jeune et sexy, ses cheveux noirs, ses yeux bleus et sa frange raccourcie. Bettie Page Clothing évoque aujourd’hui cette icone pin-up, et fait revivre la légende.

Bettie Page et les stars

Lancées par Jan Glaser et la designer de génie d’origine russe Tatyana Khomyakova, les boutiques Bettie Page Vêtements (ou Bettie Page Fashion) permettent à ceux qui vivent à Las Vegas, Hollywood, San Francisco, San Diego de recréer aujourd’hui, le look Bettie Page ! Certaines stars américaines n’ont pas hésité à plonger dans l’univers de Bettie Page : Miranda Lambert, Kellie Pickler, Pink, Holly Madison, Tempest Storm, Denise Richards, Amy Jones ou encore Jenny Tiffen ont été vues portant des robes, hauts ou accessoires signés Bettie Page Clothing.

Leighton Meester, actrice de la série Gossip Girl (qui interprète le personnage de Blair Waldorf) a elle aussi succombé ! Pourquoi ? Les américains aiment l’évocation du passé et de cette période rétro, comme le prouve les grands show organisés tous les ans, comme le Viva Las Vegas Rockabilly Weekender.

Sans Bettie Page, un grand nombre d’icônes contemporaines auraient des looks différents. Katy Perry ne serait sans doutes pas aussi pin-up… Rihanna n’utiliserait sans doutes pas autant le cuir et les références au monde du sexe, sans Bettie page, tout comme Madonna. Uma Thurman, Dita Von Teese o encore le style des Pussycat Dolls est à rapprocher de Bettie Page, qui a permis une libération de l’image de la pin-up, en brisant des codes.

Claire Sinclair, avec une robe Bettie Page Clothing

Claire Sinclair, avec une robe Bettie Page Clothing

Après un premier magasin ouvert à Las Vegas, Bettie Page Clothing est désormais distribué au travers d’une cinquantaine de boutiques aux Etats-Unis… mais il reste encore compliqué de trouver ces produits en France. « La collection connaît un vif intérêt en Australie et en Europe » confie la créatrice. « Ce qui est ironique, c’est que ces vêtements qui évoquent le rétro ne touchent pas que les fans pur et dur. En effet, environ 20% de la clientèle est fan de rockabilly, les 80% restants sont de nouveaux fans, qui découvrent l’univers et aiment les produits« . En France, il est possible de trouver les produits chez Custom Legend, à Nantes.

Les origines de Bettie Page Clothing

Tatyana Khomyakova a grandi dans un petit village en Russie et a étudié l’art, la danse, la mode et la musique à l’Université de la Culture à Saint-Pétersbourg avant de poursuivre une carrière en tant que mannequin. Tout en posant pour des créateurs russes, elle a aussi travaillé au Grand Hôtel Europe de Saint-Pétersbourg, où elle a rencontré Glaser… avec qui elle allait déménager aux Etats-Unis ! En Russie, elle a vu beaucoup de films américains des années 1950, et en a tiré son inspiration, comme elle le raconte : « J’ai adoré le style et je me suis demandé pourquoi les femmes de l’époque moderne ne sont plus habillés de cette façon. J’ai découvert Bettie Page, et cet univers qui est désormais associé au luxe« .

Elle nous éclaire sur son inspiration : « Quand j’ai commencé ma carrière en tant que designer aux Etats-Unis, mon objectif était de créer des modèles pour ceux qui ont aimé le style de cette époque« , explique Tatiana. « Je crois qu’il est important pour les femmes d’être sexy, mais en même temps pas trop exposées. Les femmes veulent avoir à nouveau une part de mystère. Mes créations sont matures et féminines, mais laissent un peu de place à l’imagination, et les hommes apprécient cela. La réponse à ce qui m’inspire est simple : les films« .

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *